پایان نامه رشته زبان فرانسه:Jean Genet vu par Sartre

متن کامل پایان نامه مقطع کارشناسی ارشد رشته :زبان فرانسه

عنوان : پایان نامه رشته زبان فرانسه:Jean Genet vu par Sartre

Université AZAD ISLAMIQUE

Branche centrale de Téhéran

Faculté DES langues étrangères

Mémoire en vue de l’obtention de la maîtrise en littérature française

 

Sujet :

Jean Genet vu par Sartre

Sous la direction de :

Monsieur le Docteur Mohammad Ziar

Professeur conseiller :

Monsieur le Docteur Mohamad Reza Ebrahimi

Juin 2012

برای رعایت حریم خصوصی نام نگارنده پایان نامه درج نمی شود

(در فایل دانلودی نام نویسنده موجود است)

تکه هایی از متن پایان نامه به عنوان نمونه :

(ممکن است هنگام انتقال از فایل اصلی به داخل سایت بعضی متون به هم بریزد یا بعضی نمادها و اشکال درج نشود ولی در فایل دانلودی همه چیز مرتب و کامل است)

Résumé

Jean Genet (Paris, 19 décembre 1910, 15 avril 1986) voleur, taulard, déplanquant, ami des Black Panthers et des Palestiniens, est écrivain, poète et auteur dramatique. Par une écriture raffinée et riche, Jean Genet exalte la perversion, le mal et l’érotisme.

Nous cherchons à  étudier les différents points de vue des critiques sur Genet  notamment Jean-Paul Sartre.

Notre travail de recherche se divisera donc en 4 chapitres. La haine a joué un rôle important dans la vie de Genet. Cependant ce ne peut être une haine généralisée, c’est plutôt une haine contre un certain monde, un certain mode de vie, un certain mode de penser qu’il a conservée pendant toute sa vie.

Nous voulons alors bien chercher à comprendre si dans cette œuvre Sartre a fait de Genet une légende ou montré sa véritable existence. Cocteau le sauve de la prison à perpétuité et Sartre écrit une œuvre sur lui (Saint Genet, comédien et martyr), en faisant l’« exemplum » de sa philosophie existentialiste.

Ce livre déprimera profondément Genet et l’empêchera d’écrire, à ses propres dires[], pendant près de dix ans, tant sa « mécanique cérébrale y était décortiquée ».

C’est pourquoi notre recherche se base sur le même livre dans lequel Sartre a bien analysé psychologiquement et philosophiquement Genet et aussi par un regard existentialiste.

 

 

Tables de matière

  1. Introduction ……………………………………………………………….9
  2. Chapitre 1: Pensée et vie de Genet ……………………………………..13

La tragique inconscience…………………………………………………..16

Définition de l’immigration……………………………………………….17

Luxe et misère de la révolution……………………………………………17

Violence et brutalité……………………………………………………..18

La femme…………………………………………………………………24

Haine pour la France………………………………………………………25

Influence De genet en littérature…………………………………………..26

Procès politique et international de Genet………………………………..27

  1. Panthères noires en Amérique……………………………………..29
  2. Palestiniens…………………………………………………………30
  3. Chapitre 2: Je est un autre.……………..………………………………32

Connaissance de soi………………………………………………………33

  1. Complexité de la connaissance de soi……………………………..33
  2. Conscience intentionnelle et connaissance de soi…………………38
  3. Connaissance de soi et Présence…………………………………..44

Démence…………………………………………………………………..50

Genet sacré (saint) et martyr……………………………………………….51

Dieu……………………………………………………………………….52

Sacrifice…………………………………………………………………..54

  1. Chapitre 3: Existence et Autrui…….…………………………………..57

L’être en-soi et l’être pour-soi…………………………………………….58

L’existence précède l’essence……………………………………………..60

La liberté………………………………………………………………….63

Autrui………………………………………………………………………68

Sartre, le corps et la honte………………………………………………..69

Autrui et le regard…………………………………………………………69

Le corps d’autrui…………………………………………………………..77

Relations à autrui………………………………………………………….78

  1. Autrui comme sujet………………………………………………..78
  2. Autrui comme objet………………………………………………..79

L’enfer, c’est les autres……………………………………………………………………80

La honte et le regard d’autrui ……………………………………………82

  1. Chapitre 4: Etre et Faire………………………………………………86

Le drame sacré……………………………………………………………87

Etre voleur et méchant……………………………………………………88

Le Mal, Un travail quotidien……………………………………………..89

Avoir et Être………………………………………………………………90

Vol………………………………………………………………………..91

La raison de vol…………………………………………………………..92

L’Être et le Faire………………………………………………………….93

  1. L’intention d’être…………………………………………………..94
  2. L’intention de faire…………………………………………………94
  3. Faire pour Être……………………………………………………..95

Le Bien et le Mal………………………………………………………….96

Le Mal: l’Autre……………………………………………………………96

Être et Non-Être…………………………………………………………..97

  1. Conclusion………………………………………………………………101
  2. Bibliographie……………………………………………………………106

Jean Genet vu par Sartre

 

 

 

 

 

 

 

L’un des mouvements littéraires le plus marquant au XXème siècle, c’est l’existentialisme qui a comme chef de fil Jean-Paul Sartre. Ce dernier qui est un écrivain de langue française, philosophe engagé dans le siècle, également dramaturge, romancier, nouvelliste et essayiste, développe sa réflexion sur différents domaines et considère qu’il est du devoir du philosophe de prendre part à l’histoire. On lui reproche parfois aujourd’hui de s’être beaucoup trompé mais il est bien plus simple et confortable de juger les événements après coup que lorsqu’on en est le contemporain immédiat. Il eut le courage de prendre ses risques avec une sincérité sans faille, fidèle à sa philosophie de la liberté. Il est l’écrivain le plus lu et commenté à travers le monde. Certains n’hésitent pas à faire du XXème siècle celui de Sartre, tant sa philosophie a bouleversé le paysage intellectuel.

Il analyse du point de vue philosophique et psychologique les écrivains variés comme Baudelaire, Flaubert et Jean Genet. Ce dernier dont l’analyse est le but de notre étude, est voleur, taulard, déplanquant, ami des Panthères Noirs et des Palestiniens, écrivain, poète et auteur dramatique. Par une écriture raffinée et riche, Jean Genet exalte la perversion, le mal et l’érotisme.Provocateur et scandaleux, il cherche à déclencher chez le lecteur, après la guerre, une prise de conscience extrême de l’extraordinaire séduction du mal.

Cocteau et Sartre voyaient en lui un moraliste alors que Mauriac se contentait de le qualifier d’« excrémentiel ». En montrant à la société le spectacle de sa propre fange, Genet accule le bourgeois dont l’ordre est régi par une violence normée (la peine de mort en étant le point culminant) : il voit dans la défaite de 1940 une occasion d’inverser les termes de cette violence, de faire du bourreau une victime méprisable.

Cocteau et Sartre encensent ce mauvais garçon de la scène littéraire française et le considèrent comme le génie de leur temps. Cocteau le sauve de la prison à perpétuité et Sartre écrit une œuvre sur lui (Saint Genet, comédien et martyr), en faisant l’« exemplum » de sa philosophie existentialiste.

Ce livre déprimera profondément Genet et l’empêchera d’écrire, à ses propres dires[], pendant près de dix ans, tant sa « mécanique cérébrale y était décortiquée ».

Notre travail de recherche se divisera donc en 4chapitre : le premier chapitre dont le titre est “Pensée et vie de Jean Genet”, se concentre sur les différentes phases de la vie de Genet bien sûr celles qui ont rapport à notre recherche. En autre, ses procès politiques internationaux chez les palestiniens et les Panthères Noirs. La question qui nous viendra donc à l’esprit:

Quelle raison le pousse à se donner pour objectif de s’engager dans ces procès politiques et d’habiter comme les vagabonds?

Deuxième chapitre qui a comme titre “Je est un Autre” nous mène à nous informer sur la connaissance de soi et en conséquence rendre compte du “Je” de Genet et sa définition de Dieu d’après le regard existentialiste de Sartre qui considère le premier comme saint et martyr. La question qui nous préoccupe au fil de ce chapitre, c’est: le “Je” qu’exprime l’autre jour Rimbaud “est un Autre”, est-il bien Autre pour Genet? Au point de vue de Sartre que pourrait-il être le cogito de Genet?

“Existence et Autrui”, c’est le troisième chapitre dans lequel nous préciserons la philosophie de Sartre à l’égard de différents Êtres qui peuvent nous former, et l’influence d’Autrui et de la liberté sur l’existence. Nous chercherons à définir:

Comment est l’existence de Genet selon Sartre?

Au dernier chapitre dont le nom est “Être et Faire” nous aurons pour conviction d’étudier les effets des événements de l’enfance de Genet sur son Être futur. Ce qui résumera bien ses actions, autrement dit ses Faits qui le mènent à être criminel. Au fil de ce chapitre nous voudrions généralement répondre à la question ci-dessous:

Quelle est l’intention d’être et celle de faire de Genet d’après la philosophie existentialiste de Jean-Paul Sartre?

 

Ce qui m’a amené à étudier ce sujet est, d’une part pour savoir comment c’est possible de faire tant attention à un criminel et le considérer comme génie, et d’autre part, étant donné que je m’intéresse à l’existentialisme, surtout la philosophie de Sartre et son regard sur l’homme, il me semble attirant de chercher à étudier les différents points de vue des critiques sur Genet notamment Jean-Paul Sartre.

“Saint Genet, Comédien et Martyr”, c’est le nom du livre qui est l’un de ceux qui nous aideraient à répondre auxdites questions. Après avoir lu ledit livre j’étais affecté par la pensée et l’analyse de Sartre. Voilà pourquoi j’ai choisi” Jean Genet vu par Sartre” entant que thème de mon mémoire.

 

 

 

 

 

Pensée et vie de Jean Genet

 

 

 

 

 

Il serait convenable de jeter un coup d’œil sur la vie et la pensée de Genet, sur les différents thèmes qui l’entourent dans la vie.

Jean Genet est né à Paris le 19 décembre 1910. Son père est inconnu et sa mère l’abandonne à la naissance. Jean Genet est donc confié à une famille du Morvan, une région qui, au début du XXe siècle, est connue pour accueillir de nombreux enfants envoyés par l’Assistance publique. Grâce à sa famille adoptive, Jean Genet est aimé et choyé, et il étudie à l’école communale. Ces années d’enfance sont plutôt heureuse pour Genet. Il est bon élève (il obtiendra la meilleure note de sa commune au certificat d’études) et devient enfant de chœur. Cependant, sa timidité le rend parfois taciturne.

Jean Genet connaît son premier émoi envers le petit Lou Culafroy et d’autres hommes, plus âgés cette fois. Son premier vol est commis à 10 ans. Pour Genet, c’est un acte fondateur qui le conduit à revendiquer son asocialité.

A 13 ans, il fugue et est séparé de sa famille d’adoption pour suivre des cours de typographie. Après une nouvelle fugue, il est enfermé dans une colonie pénitentiaire de Mettray : il y découvre un univers brutal et viril, avec une hiérarchie prononcée et une nouvelle expression de ses attirances homosexuelles.

A 18 ans, Genet rejoint la Légion étrangère. Il voyage en Afrique du Nord, au Proche Orient, et est marqué par la vision de la masculinité qu’il y découvre. De retour en France, il vit de menus larcins, ce qui lui vaut quelques séjours en maison d’arrêt. Il commence alors à écrire ses premières poésies et ébauches romanesques. Genet est un homme perfectionniste, qui n’est jamais satisfait par ce qu’il écrit. Il compose, remanie, réécrit, rejette des parties de ses textes…

Ses premiers romans sont censurés à leur parution, car on les classe pornographiques ou choquants. Ils sont donc diffusés clandestinement. C’est le cas de Journal du voleur, ou de Miracle de la rose (en 1946).

Notre-Dame-des-Fleurs, pour sa part, évoque la nuit homosexuelle parisienne dans le Paris d’avant la guerre. En 1947, Pompes funèbres développe l’image d’Hitler… en version homo-érotique, soulignant ainsi les liens entre la violence nazie et les pulsions sexuelles.

 

En 1947 sont jouées Les Bonnes. L’ouvrage ne sera publié qu’en 1954. A cette époque déjà, Jean Genet est donc scandaleux ; mais sa provocation n’est pas gratuite. Elle cherche à faire réagir le lecteur, par exemple en le faisant prendre conscience de l’attraction pour le mal, ce qu’il fait juste après la guerre.

Cocteau comme Sartre voit en lui un moraliste ; Mauriac le décrit comme « excrémentiel ». Les deux premiers l’encensent et pensent que Genet est un génie. D’ailleurs, Cocteau va le sauver de la prison à perpétuité, et Sartre écrit Saint Genet, comédien et martyr.

L’ouvrage déprime Jean Genet et l’interrompt dans son écriture, tant, dit-il, « sa mécanique cérébrale y était décortiquée ». A cette époque, Jean Genet est donc très connu. Il évolue dans les cercles littéraires de Paris, où il croise Matisse, Sartre, Simone de Beauvoir…

En 1956 paraît Le Balcon. Il devient dramaturge et voit ses pièces adaptées par de grands metteurs en scène, tels que Roger Blin (Les Nègres en 1958, Les Paravents). Les pièces de Genet sont violentes, comme pouvaient l’être ses romans. Par exemple, il dénonce avec virulence les colonies françaises, alors que la France s’englue dans la guerre d’Algérie. Jean Genet est toujours plus engagé. Il commence un journal, Le Captif amoureux, qui est publié en 1986. Abdallah Bentaga, son compagnon, se suicide. Cela achève de déstabiliser Jean Genet, qui est déjà totalement perdu dans un quotidien de toxicomane.

Dans ses derniers temps, l’écrivain vit dans des chambres d’hôtel miteuses, et possède simplement une valise avec ses lettres et des manuscrits…

Atteint d’un cancer de la gorge, Genet fait une chute le 15 avril 1986, et décède dans la chambre d’un hôtel parisien, seul. Il est inhumé au Maroc, dans le cimetière de Larache.

 

 

La tragique inconscience

Il y a un vide qui existe dans ses œuvres. Sartre le remarque bien d’après les œuvres de Genet:

“Les paroles magnifiques qui célèbrent le criminel sont à double tranchant. La tragique inconscience de Notre-Dame, c’est aussi bien la plus profonde bêtise ; son impénétrabilité, ce n’est pas une massivité de l’âme, c’est un vide si total que rien ne le peut remplir. Le Dur est creux. Il n’y a rien en lui que le rêve vague et sot de paraître dur. Etre tragique, beau, noble, terrible, c’est dépendre sans recours de l’opinion d’autrui. Ce n’est pas pour rien que les héros de nos tragédiens sont des rois et des empereurs, ce n’est pas pour rien que Genet compare ses héros à des empereurs et à des rois. Et s’il nous les présente souvent comme des chefs militaires, c’est parce que, comme l’a dit Gide : « Le chef est un homme qui a besoin des autres. » Et n’est rien d’autre en effet que l’opinion que les autres ont de lui.”[1]

 

 

Définition de l’immigration

A l’époque de la deuxième guerre mondiale, l’un des phénomènes courants était l’immigration dont Genet a lui aussi, une définition:

“Provoquée surtout par le pillage des richesses naturelles des pays du tiers-monde, par   l’appauvrissement des sols et des sous-sols, par le gaspillage du système colonial ou néocolonial, [elle] n’est plus actuellement que le recrutement, en France et dans toute l’Europe, d’une main-d’œuvre sous-payée qui n’a presque plus l’espoir de survivre.”[2]

[1]Jean-Paul Sartre, Saint Genet comédien et martyr, Gallimard 1952, P.154

[2] Adrien Laroche, Le dernier Genet, Flammarion 2010, P.71

تعداد صفحه : 106

قیمت : 14000تومان

بلافاصله پس از پرداخت ، لینک دانلود پایان نامه به شما نشان داده می شود

و در ضمن فایل خریداری شده به ایمیل شما ارسال می شود.

پشتیبانی سایت :        09309714541 (فقط پیامک)        info@arshadha.ir

در صورتی که مشکلی با پرداخت آنلاین دارید می توانید مبلغ مورد نظر برای هر فایل را کارت به کارت کرده و فایل درخواستی و اطلاعات واریز را به ایمیل ما ارسال کنید تا فایل را از طریق ایمیل دریافت کنید.

--  -- --

مطالب مشابه را هم ببینید

فایل مورد نظر خودتان را پیدا نکردید ؟ نگران نباشید . این صفحه را نبندید ! سایت ما حاوی حجم عظیمی از پایان نامه های دانشگاهی است. مطالب مشابه را هم ببینید. برای یافتن فایل مورد نظر کافیست از قسمت جستجو استفاده کنید. یا از منوی بالای سایت رشته مورد نظر خود را انتخاب کنید و همه فایل های رشته خودتان را ببینید